Dans le cadre du Fonds Tourisme Durable de France Relance, l’ADEME a publié le Volet 3 du Fonds portant sur le Slow tourisme. L’objectif est de soutenir via des aides financières les acteurs du tourisme pour positionner ou repositionner leur offre touristique sur un tourisme durable dans les territoires

Le volet 3 est un appel à projet national (a contrario des volets 1 et 2 portant sur les hébergements et la restauration qui s’appuient sur les partenaires locaux : voir article) coordonné par l’ADEME et la DGE.

La 2ème vague de l’appel à projet est en ligne, la date limite de dépôt des dossiers est fixée au 1er octobre 2021 à 15h. L’appel à projet et ses précisions techniques sont disponibles sur la plateforme « Agir pour la transition » de l’ADEME.

Extrait de l’Appel à projet  : « On définit le slow tourisme comme un tourisme du temps choisi, immersif et expérientiel, garant de ressourcement, de bien-être et de rupture dans le rythme de vie, peu émetteur de Gaz à Effet de Serre (GES), et respectant l’environnement et les populations d’accueil. Il permet aux touristes de voyager différemment et hors des circuits touristiques très fréquentés et de découvrir une destination en profondeur au plus près des habitants.

Il s’agit d’une tendance de fond, qui répond à une évolution profonde de la demande des touristes. De nombreuses destinations touristiques françaises et opérateurs d’offres de séjour ont ainsi fait du slow tourisme LA réponse à la crise du secteur.

En outre, le slow tourisme répond à de véritables enjeux environnementaux et économiques : étendre l’attractivité territoriale en gérant les flux touristiques sur l’ensemble du territoire national ; captation de clientèles à la fois de proximité et urbaines ; montée en gamme des offres, par de petits volumes qui favorisent un haut niveau de qualité ; excellent ressort d’image et retombées économiques importantes pour les territoires ruraux. »

 A qui s’adresse l’appel à projets ?

Peuvent candidater à cet appel à projet tout type d’acteurs de la filière touristique assimilés à des PME au sens communautaire ; par ordre de priorité dans l’examen des dossiers :

> TPE et PME, associations, SCOP, SEM, entreprises unipersonnelles incluses

> Les particuliers loueurs de chambres d’hôtes, meublés de tourisme ou assimilés, cette activité devant avoir fait l’objet d’une déclaration en mairie et d’une inscription au Registre du Commerce et des Sociétés.

> Les opérateurs du tourisme social (critères détaillés dans l’AAP)

> Les collectivités propriétaires ou gestionnaires de meublés de tourisme ou assimilés, de campings et parcs résidentiels de loisirs, souhaitant enrichir cette offre d’hébergement d’un produit de slow tourisme, quel que soit le mode d’exploitation de ces hébergements.

Sont éligibles les opérateurs en activité ou en création, installés sur le territoire français. Les opérateurs en création doivent soit déjà disposer d’une structure juridique immatriculée, soit s’appuyer sur une structure existante.

Quels sont les projets éligibles ?

Le projet doit être localisé dans une des communes éligibles au Fonds Tourisme Durable se situant en zone rurale (consultez le fichier des communes éligibles) .

Il doit également :

1.         S’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques suivantes, particulièrement représentatives de l’offre de slow tourisme :

> Mise en valeur / protection des patrimoines culturels ou naturels dans le respect des valeurs du slow tourisme ;

> Développement de produits ou services d’itinérance douce dans une optique de découverte immersive des territoires ;

> Développement d’offres de slow tourisme au sein de prestations de tourisme social et solidaire ;

> Création de services touristiques innovants à destination des clientèles du slow tourisme ;

> Création et/ou adaptation d’hébergements touristiques inscrits dans un projet de slow tourisme.

2.         Répondre précisément à chacun des quatre piliers suivants, constitutifs du slow tourisme :

> Pilier 1 : Favoriser l’expérience du touriste, en s’appuyant sur les principes de sobriété et d’efficacité énergétique pour limiter les impacts environnementaux.

> Pilier 2 : Porter attention à la gestion du temps.

> Pilier 3 : Avoir recours à toutes les formes d’écomobilité portant des bénéfices environnementaux et sanitaires.

> Pilier 4 : Impliquer l’ensemble des acteurs de la filière touristique dans la protection et la valorisation des patrimoines naturels et culturels.

Pour en savoir plus sur le slow tourisme, consultez le site de la DGE.

Quels sont les bénéfices du dispositif pour les porteurs de projets éligibles ?

> Une aide financière entre 14 000€ (minimum) et 200 000 € (plafond)

> Une aide financière au plus à hauteur de 70 % du coût total du projet

2 types d’accompagnement financés en fonction de la nature du projet :

  1. Accompagnement au diagnostic, conseil et ingénierie
  2. Ou accompagnement à l’ingénierie, à l’animation et à la réalisation

L’appel à projets (AAP) est constitué de deux vagues

  1. AAP – Vague 1 : clôture 14 juin 2021
  2. AAP – Vague 2 : cet AAP sera ouvert sur la période de septembre 2021 à novembre 2021.

Modalités :

La Direction Générale des Entreprises (DGE) propose une boîte à outils destinée aux prestataires et porteurs de projets touristiques. Cette boîte à outils disponible sur comprend 3 tutoriels :

  1. L’état des lieux de l’entreprise : plus d’infos
  2. L’approche des offres de l’entreprise par rapport au slow tourisme : plus d’infos
  3. Un plan d’action slow tourisme pour l’entreprise : plus d’infos

Afin de répondre à cet Appel à projets, vous devez utiliser cette boite à outils pour préciser et définir votre projet.

Le dossier de candidature comprendra :

  • L’avis exprès du ou des opérateurs touristiques institutionnels référents auxquels le projet aura été préalablement présenté (OT ou ADT) ;
  • Une description technique du projet, de 11 pages maximum, ainsi qu’une feuille de route complétée selon les indications (cf boîte à outils ci-dessus) ;
  • Le volet financier détaillé.

Ce sont les prestataires qui doivent répondre directement à l’appel à projet. Les organismes institutionnels de tourisme (principalement OT et ADT) sont amenés à participer via un avis d’appui à la candidature et en accompagnement au remplissage d’une feuille de route type attendue en annexe du dossier. 

Vous pouvez contacter l’ADT de l’Eure (christophe.michaud@eure-tourisme.fr) pour toute question, sollicitation d’un avis, et demande d’accompagnement au remplissage de la feuille de route (annexe du dossier de réponse à l’appel à projet).